Materiel Incendie : Les Extincteurs

Pour la sécurité à bord, voici un récapitulatif avec quelques bons conseils et informations par rapport au matériel d’incendie à bord des navires.

Chaque extincteur à poudre ou à gaz carbonique doit avoir une capacité d’au moins 5 kg et chaque extincteur à mousse doit avoir une capacité d’au moins 9L. La masse des extincteurs portatifs ne doit pas être supérieure à 23 kg et ils doivent avoir une efficacité au moins équivalente à celle d’un extincteur à liquide de 9L.

Dans le cas d’un incendie, on catégorise les feux suivant la nature de ce qui brûle en classes de feux : les classes A, B, C, D et F. Les classes les plus communes sont les trois premières A, B, C et les plus faciles à éteindre.

La classe D caractérise généralement un risque industriel et est la moins connue, plus dangereuse et difficile à éteindre.

Jusqu’à il y a quelques années, il existait une classe E qui désignait les « feux électriques » provenant d’équipements électriques sous tension. Celle-ci servait à attirer l’attention sur le danger et l’approche différente qu’implique l’électricité. Leur extinction est plutôt réservée aux spécialistes à cause du danger d’électrocution : l’eau pure est à proscrire !

Le CO2 est très efficace contre les feux des moteurs électriques, relais, transformateurs, postes techniques, etc. La poudre est également efficace. On peut aussi utiliser l’eau pulvérisée qui est utilisable en présence de courant d’une tension inférieure à 1000 V, car l’eau est pulvérisée en gouttelettes, et le jet n’est donc pas conducteur. Attention néanmoins à l’eau de ruissellement qui, elle, est conductrice. Si l’extincteur est défectueux, la pulvérisation peut toujours ne pas marcher et induire un risque mortel.

Pour la sécurité à bord :

  • Respecter l’ordre et la propreté des locaux.
  • Limiter l’accumulation de combustibles en dehors des zones de stockage réservées
  • Vérifier les extincteurs par un organisme agréé au moins une fois par an et s’assurer de leur signalisation et leur accessibilité.
  • Vérifier régulièrement si les extincteurs se trouvent au bon endroit au navire et que leur accès soit facile.
  • Vérifier la présence de la goupille protégée par un plomb marqué évite l’utilisation accidentelle de l’appareil et garantit son intégrité.

Un tuyau muni d’un diffuseur approprié à chaque agent extincteur permet de diriger la vidange de ce dernier. Une poignée permet de porter l’extincteur et, sur les modèles à pression auxiliaire :
Soit de gérer la vidange de l’agent extincteur (la percussion est alors assurée par un percuteur séparé) ;
Soit de percuter la cartouche (la vidange est alors gérée par une autre poignée sur le diffuseur).

Sur les modèles à pression permanente, elle n’assure bien sûr que la première fonction. Il arrive également que sur ceux-ci le tuyau soit absent ; le diffuseur est alors fixé sur l’extincteur. Certains constructeurs proposent des extincteurs munis d’un manomètre.

Il semble qu’il existe un code de couleurs pour les extincteurs, bien que dans la pratique celui-ci ne soit pas très suivi :

  1. Extincteur à poudre : étiquette ou capuchon de fond jaune.
  2. Extincteur à eau ou mousse : étiquette ou capuchon de fond bleu.
  3. Extincteur au CO2 : étiquette ou capuchon de fond gris.


Voir en ligne : Le Ressac : Le site des Marins