LES CONDUITES A TENIR EN OPERATIONS COMMERCIALES SUR LES ROULIERS

Le roulage est assuré par des tracteurs, il faut donc apporter une attention particulière à la propreté des ponts avant, pendant et après la manutention.

Les fuites d’huile peuvent non seulement provoquer des dérapages et des glissades de remorque, mais peuvent être dangereuses en cas d’incendie.
Des fuites peuvent aussi provenir des systèmes hydrauliques actionnant les rampes ou les ascenseurs.
Les moyens de saisissage doivent être rangés dans des endroits appropriés.
Le bois de fardage (pour éviter les contacts métal /métal) doit être trié et rangé.

LA VERIFICATION

Le saisissage des colis sur les remorques doit être vérifié avant embarquement. Toute erreur ou manque doit être sanctionnée par un refus d’accès à bord.

LE SAISISSAGE

Les colis et les remorques sont arrimés en long, dans les travées de saisissage qui sont limitées de part et d’autre par des rangées de points d’ancrage sur pont, les “trèfles”.
- mise en place et verrouillage de béquilles sur les remorques routières ;
- le frein à main du véhicule ou de la remorque est serré ;
- les roues des remorques sont calées par des cales en bois ;
- on utilise des chevalets et des chandelles pour épontiller les remorques et neutraliser ainsi les amortisseurs de la remorque.
Il faut rendre ensuite la remorque solidaire du pont du navire : on utilise pour cela des chaînes tendues par des ridoirs à cliquets, des raidisseurs à chaîne “SEA SAFE”, des raidisseurs à câbles.

Ces chaînes sont tendues entre les divers points d’ancrage de la remorque et les trèfles dans lesquelles s’engagent les “pattes d’éléphant”. Elles sont réparties d’une façon bien précise selon la charge de la remorque ou du véhicule.

Pour des véhicules plus légers, des ballons gonflables peuvent être utilisés pour les séparer.
Le saisissage doit être minutieusement vérifié avant appareillage.

LA FERMETURE DES ACCÈS

Une attention particulière doit être portée à la fermeture des rampes, des portes étanches et à la mise en place des panneaux étanches fermant les ascenseurs avant appareillage.

LA SURVEILLANCE EN MER

La ventilation est ralentie à la mer.
Un service de rondes est organisé à la mer. Les rondiers doivent s’assurer qu’aucun véhicule, qu’aucun colis ne soit dessaisi, que les cales sont bien en place, qu’il n’y a pas de fuite d’essence ou d’huile.
Pour les colis lourds, la tension des chaînes doit être systématiquement contrôlée.
Tout saisissage douteux doit être repris avant ... le mauvais temps.
Il faut aussi contrôler la fermeture des portes et leur étanchéité.

AU DÉBARQUEMENT...

Veiller à ce que le débarquement se fasse sans brutalité.
Eviter le vol, surtout en ce qui concerne le matériel entreposé dans les garages.

EN RÉSUMÉ...
L’exploitation des rouliers concentre un certain nombre de difficultés : les problèmes de stabilité, d’étanchéité, de saisissage, de ventilation, des risques accrus d’incendies et d’accidents divers. Si on y ajoute le stress provoqué par le bruit des tracteurs, les différents gyrophares et les gaz d’échappement, on s’aperçoit que l’on ne peut exercer la fonction d’officier au port sans de sérieuses connaissances et une parfaite maîtrise des règles de sécurité.


Voir en ligne : Le Ressac