PORT AUTONOME DE DAKAR : SERVICES TECHNIQUES ET DE L’AMENAGEMENT

M. Ousseynou Ndiaye est actuellement le Directeur des Services Techniques et de l’Aménagement du Port. Ingénieur de formation et titulaire d’un Dea en génie civil, il intègre le Port autonome de Dakar en Novembre 2007 où il gravit les échelons avant d’occuper cet important poste où i traduit la vision du Directeur General en projets concrets…

« La Direction des Services Techniques et de l’Aménagement a deux missions principales : Une mission d’assistance et de conseil et une mission d’application d’une politique orientée dans le sens du développement de l’outil portuaire, en plus du conseil et de l’assistance au Directeur Général. En outre, je suis chargé d’appliquer sa politique qui est d’assurer l’entretien et la réhabilitation des infrastructures et superstructures du Port selon les besoins du trafic, de procéder aux travaux neufs et aux travaux de dragage du plan d’eau, du chenal d’accès et des passes navigables convergeant vers le port, d’entretenir les réseaux d’eau et d’électricité en plus de l’assainissement, d’exploiter, entretenir et maintenir le matériel roulant terrestre, d’entretenir, maintenir et procéder aux travaux de carénage du matériel naval en collaboration avec la direction des opérations portuaires, de conduire les études générales et spécifiques destinées au développement de l’outil portuaire et enfin de participer à l’élaboration du schéma directeur ».
Ces explications du directeur des Services techniques campent clairement les missions assignées à ce service névralgique. Pour M. Ndiaye, la Vision du Dg repose sur trois piliers qui sont : La performance, l’efficience et la sécurité. « L’objectif principal est que le port soit compétitif. La performance repose sur deux axes essentiels : Offrir des conditions nautiques de première qualité aux navires, tout en assurant une qualité de services à la marchandise ; l’efficience se résume a l’optimisation du coût et du temps de passage. La sécurité, elle, est la garantie de la sécurité des personnes et des biens dans une dynamique d’application des normes ISPS. Cette vision se décline en projets stratégiques consistant à rendre le port compétitif et attractif. Parmi ces projets, on peut dénombrer le dragage du Chenal d’accès, la reconstruction du wharf pétrolier et le projet de construction d’une plate-forme de services à Fatick. Le dragage est un projet d’enjeu non négligeable car le but principal de tout gestionnaire de port est de faire de son outil le prolongement naturel des autoroutes maritimes définies et tracées par les grands armateurs de rang mondial. Ces derniers, compte tenu de la croissance soutenue du trafic maritime, ne cachent pas leurs ambitions de construire de plus en plus de navires à fort tirant d’eau afin de réaliser des économies d’échelle. Ils n’hésiteront pas à faire des premiers ports qui leur présenteront des infrastructures adaptées, de grands hubs », soutient M. Ndiaye.
A ses yeux, le dragage, aujourd’hui, est devenu vital non seulement pour la sécurité du navire et de sa cargaison mais également il va permettre à l’autorité portuaire d’intégrer les écotechnologies qui constituent aujourd’hui une branche nodale du développement durable.
« Dans une dynamique de compétitivité, le port est dans l’obligation d’avoir un accès nautique de première qualité », ajoute-t-il.
« Le second projet est le wharf pétrolier datant de 1954. II a fait l’objet d’études et d’expertises et toutes convergent vers sa reconstruction. Ainsi, le Dg du Port a pris la résolution ferme d’en faire une de ses priorités à très court terme afin de fidéliser le trafic transit en hydrocarbures.
En outre, la plateforme de services de Fatick, un port sec, n’est pas un des moindres projets ; car il est constitué de différentes composantes qui tendent à désengorger Dakar et ses artères, et créer une rupture de charge et un temps de repos suffisant aux routiers de l’Hinterland Ouest africain. Sur le plan national, elle va offrir des opportunités d’emplois et un accès aux services de base (adduction d’eau, électricité et sécurité). »
« Tous ces projets émanent d’une vision éclairée, du Directeur Général du Port, Dr Cheikh Kanté, qui a la grande ambition de faire du PAD, le port de l’excellence de la Cote Ouest Africaine, a l’horizon 2023 », conclut M. Ndiaye.


Voir en ligne : Le Ressac