Le groupe Necotrans lève avec succès 26 milliards de Fcfa auprès de la BOAD, BOA et ECOBANK pour le terminal vraquier

Six mois après avoir remporté le contrat de concession du terminal vraquier en novembre 2013 devant deux mammouths de la logistique portuaire soumissionnaires, l’armateur belge, Sea Invest et APMT, l’entreprise française Necotrans, passe à la vitesse supérieure. En sus d’ avoir libéré le chèque de 2 milliards de Fcfa au titre de ticket d’entrée au port de Dakar, la multinationale vient de lever auprès d’un pool bancaire ( BOAD, BOA et ECOBANK) trois importantes lignes de financement d’un montant de 26 milliards Fcfa pour moderniser la plateforme portuaire.

Des équipements roulants de dernière génération sur le quai :

La guerre des docks dans les eaux sénégalaises bat inexorablement de l’aile. Une nouvelle page s’ouvre sur le terminal vraquier ( Mole 8 ) avec l’accélération de la cadence du groupe français, Necotrans, adjudicataire de la concession., qui a procédé vendredi 09 mai 2014 à la remise officielle du ticket d’entrée d’un montant de 2 milliards de Fcfa sous forme de ticket d’entrée aux autorités portuaires. Une première paire de manche procédurière gagnée par la multinationale française qui s’est engagé à respecter les clauses techniques et juridiques de référence du contrat de concession. Selon des informations exclusives en notre possession, les premiers équipements roulants flambant neuf sont arrivés début avril 2014 sur le site. Un autre lot plus important de portiques déjà commandés devront accoster au quai progressivement avant fin octobre prochain , nous a révélé une source autorisée. Conformément au cahier de charges qui accorde une priorité à la modernisation du port, la société Necotrans selon son Directeur Régional, le français Yves Marie Dulioust entend -via ce ticket d’entrée mis à la disposition des autorités portuaires -rendre plus attractive et compétitive la plateforme à court et moyen termes.

Face aux exigences techniques pointues des autorités portuaires, durant la phase de soumission, qui avaient fait de cette attribution du terminal vraquier un challenge fort pour changer le visage du port en reprofilant son hub grade, l’offre technique et financière, présentée par la société française a été jugée la plus convenable et la plus outillée pour s’offrir le terminal vraquier, dans un état complètement vampirisé, toxique par la faute de ses ex exploitants. Un gros challenge pour le groupe Necotrans à pied d’œuvre sur le terminal vraquier, pour remettre à neuf les infrastructures aux normes sécuritaires. Dans cet environnement corrosif, qui exposait le Port de Dakar à des dangers, ce qui agace le plus, est le refus obstiné de bon nombre de sociétés intervenant sur le Mole 8, de moderniser les outils. Ce qui explique les injonctions des autorités portuaires aux ICS ( Industries Chimiques du Sénégal ) de libérer le domaine où se trouvait leur entrepôt, pour raisons de vétusté d’équipements. Des informations parvenues à Les Afriques, confirment que les Indiens, actionnaires majoritaires des Industries Chimiques du Sénégal ( ICS ) ont décapé en morceaux de ferraille le portique sur cette plateforme et vendue en pièces détachées sur le marché. La direction générale des ICS a introduit une requête de dérogation technique de trois mois pour respecter ses engagements après l’expiration du premier délai fixé le 15 mars 2014.

Un pool de banques mobilise 26 milliards de Fcfa

La concession (d’une durée de 25 ans) accordée à Necotrans devra nécessiter la mobilisation d’importants investissements évalués à plus de 40 milliards de Fcfa. L’enjeu des ambitions est délicat. A Paris, les lignes bougent. A grande vitesse. Le groupe français vient de lever avec succès la bagatelle de 26 milliards de Fcfa auprès de partenaires financiers dont ECOBANK, BOAD et la Bank Of Africa. La grande part de la mobilisation des financements est assurée par la BOAD qui met dans le pipe une enveloppe de 16 milliards de Fcfa et les deux autres banques, ECOBANK et BOA injectent chacune 05 milliards de CFA. Le reste des investissements ( soit 14 milliards FCFA ) seront apportés par la société Necotrans. Signe de confiance des banques envers la multinationale française qui promet de changer le visage du Port de Dakar.


Voir en ligne : Le Ressac