BOUTAKOFF

C’est la meilleure manœuvre à tenter lorsque le navire est en route libre (automatisme des réflexes du chef de quart, laisse le temps de stopper la machine), par temps bouché ou de nuit, si le navire est lent et lourd, et si on ne sait pas exactement quand est tombé l’homme à la mer, car cette manœuvre permet de repasser avec certitude sur la route initiale.

Cette manœuvre consiste à conserver un angle de barre constant (pas nécessairement barre toute) jusqu’à ce que le cap ait varié d’à peu près 70°.
A ce moment renverser le sens de la barre et venir au même angle de l’autre bord. Remarquer que la variation de cap de 70° n’est qu’un repère pour changer la barre et non un cap à suivre ; par inertie le navire dépassera d’ailleurs cette valeur avant de repartir dans l’autre sens.
Lorsque le cap inverse est atteint ‘rencontrer’ et conserver ce cap.
Le navire doit arriver au vent par rapport à l’homme à la mer et avec une vitesse nulle. Le navire se laisse dériver vers l’homme (le navire dérivant plus vite que l’homme à la mer)