Incendie mortel durant un travail à chaud

Faits
Un navire pour marchandises diverses était chargé de machines de grandes dimensions et de matériaux de construction en métal. La cargaison arrimée dans la cale inférieure avait été assujettie au moyen de butées et de renforts en bois, de cordes, de câbles et de tendeurs. Les dispositifs d’assujettissement installés au niveau des panneaux de déchargement et des entreponts comportaient en outre des éléments soudés. Au port de déchargement, des travailleurs à terre ont été engagés pour défaire l’équipement de saisissage et d’assujettissement. L’officier du navire leur a donné des instructions à cet égard, mais il n’y a pas eu de procédure de travail à chaud, contrairement à ce que prévoit le système de gestion de la sécurité du navire, et aucun permis de travail à chaud n’a été délivré. Quelques heures plus tard, alors que le travail était en cours, on s’est aperçu que de la fumée sortait de la cale. Bien que les opérations de lutte contre le feu aient démarré rapidement, l’incendie a duré de longues heures et causé de nombreux dégâts. Trois travailleurs à terre ont été blessés et un autre a ensuite été retrouvé mort dans la cale.

Causes

  • L’absence de procédure d’autorisation de travail à chaud signifie que personne n’avait fait d’évaluation des risques adaptée à l’opération à effectuer.
  • La présence de travailleurs à terre à bord du navire a peut-être embrouillé les officiers du navire, qui n’auraient pas réalisé qu’il leur incombait de superviser les travailleurs à terre tout comme les membres d’équipage.
  • Des matières inflammables se trouvaient dans la cale inférieure.

Enseignements à tirer

  • Les officiers d’un navire ont la responsabilité de superviser non seulement les membres d’équipage mais aussi les travailleurs à terre qui effectuent un travail à bord du navire.
  • Les matières inflammables devraient être conservées dans les compartiments appropriés. L’emplacement des compartiments qui contiennent des matières inflammables par rapport aux zones pour travail à chaud et leur proximité de ces zones devraient être prises en compte au moment de délivrer des permis de travail à chaud.
  • L’exécution des procédures d’autorisation de travail à chaud devrait comprendre la réalisation d’une évaluation de la sécurité, facilitant la gestion des risques identifiés.
  • Le système de gestion de la sécurité d’un navire n’est pas qu’une simple affaire de paperasserie ; il sert à garantir la sécurité du navire et de l’équipage.

Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins