Accident maritime très grave

Incendie dans les locaux d’habitation de l’équipage et mort de membres de l’équipage à la suite de l’évacuation du navire

À bord d’un vraquier d’une jauge brute de 16 500 qui était en mer, des membres de
l’équipage ont détecté un incendie à l’intérieur d’une cabine de l’équipage. Ils ont tenté
d’éteindre l’incendie au moyen d’extincteurs d’incendie portatifs et de manches d’incendie, mais en vain. Seize membres de l’équipage, y compris le capitaine, le second et le chef mécanicien, ont quitté le navire à bord d’un radeau de sauvetage, laissant derrière eux huit autres membres de l’équipage, qui avaient refusé d’abandonner le navire. Aucun signal de détresse n’avait été envoyé ni avant l’abandon du navire ni au moment de l’abandon.
L’incendie s’est propagé à tous les niveaux des locaux d’habitation de l’équipage mais il s’est éteint naturellement au bout de six heures. Les huit membres de l’équipage qui se trouvaient à bord ont été secourus par un autre navire six jours après l’accident. Les 16 membres de l’équipage qui avaient quitté le navire étaient portés disparus. L’opération de recherche et de sauvetage a été considérablement retardée parce que le capitaine n’avait ni informé la compagnie de l’incendie ni activé les signaux de détresse lors de l’évacuation du navire. En outre, pendant plus d’une journée, la compagnie n’avait alerté aucun centre de sauvetage juste après avoir perdu le contact avec le navire.

Causes
Il est probable que l’incendie s’est déclaré lorsqu’un ajusteur a utilisé un réchaud portatif pour faire la cuisine à l’intérieur de sa cabine, lequel a enflammé des matériaux combustibles se trouvant à proximité. Aucune alarme d’incendie ne s’est déclenchée et l’incendie a été détecté par certains membres de l’équipage, qui ont tenté de l’éteindre à l’aide d’extincteurs portatifs et de manches d’incendie. Toutefois, les extincteurs ne fonctionnaient pas et il n’y avait pas d’eau dans les manches d’incendie. L’incendie n’a pas pu être maitrisé et il s’est propagé dans l’ensemble des locaux d’habitation de l’équipage.
Le capitaine et le chef mécanicien n’ont pas fait d’autres tentatives pour circonscrire
l’incendie et lutter contre celui-ci et ils ont abandonné le navire au lieu de se réfugier en un lieu sûr à l’avant du navire.
La compagnie n’avait pas effectué régulièrement des audits de sécurité interne du navire, qui auraient permis de constater que le système de gestion de sécurité à bord était mal appliqué.
Enseignements à tirer
 Il faudrait interdire d’utiliser des dispositifs qui pourraient présenter un risque
d’incendie à l’intérieur des cabines de l’équipage.
 Il faudrait dispenser une formation aux membres de l’équipage pour les sensibiliser
à la sécurité-incendie.
 Il faudrait effectuer de manière rationnelle des entretiens de routine, des inspections et la mise à l’essai de dispositifs de lutte contre l’incendie et des engins de sauvetage, y compris des exercices visant à renforcer la formation de l’équipage de manière à ce qu’il puisse mieux les utiliser.
 La communication entre les compagnies de gestion et les capitaines de navires
devrait être efficace afin que, en cas d’urgence, une assistance à terre puisse être
fournie au navire.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins