Accident très grave

Incendie à bord d’un navire roulier à passagers

Les faits

Un transbordeur roulier à passagers d’une jauge brute de 20 000, avec à son
bord 203 passagers, 32 membres d’équipage et un plein chargement d’engins de transport, effectuait un voyage qui prend normalement 20 heures. Environ deux heures après le départ et seulement quelques minutes avant minuit, un incendie s’est déclaré dans l’un des engins de transport sur le pont-garage. Le canon d’arrosage à fonctionnement manuel a été déclenché depuis la passerelle mais n’a pas fourni d’eau. On a ensuite tenté de faire fonctionner le canon d’arrosage depuis la salle de contrôle de la machine mais cette tentative s’est elle aussi révélée infructueuse. L’incendie s’est propagé rapidement. La lutte contre l’incendie était difficile en raison de l’épaisse fumée et 11 minutes après le déclenchement de la première alarme, le capitaine a ordonné l’évacuation du navire. Si tous les passagers et membres d’équipage ont été évacués en toute sécurité, 23 personnes ont été blessées,
principalement après avoir inhalé de la fumée.

Les causes

Les membres de l’équipage n’ont pas réussi à faire fonctionner le canon d’arrosage du
pont-garage. L’incapacité à faire démarrer la pompe du canon d’arrosage à distance, que ce soit depuis le pont ou de la salle de contrôle de la machine était probablement due au fait qu’un commutateur, qui était situé à côté de la pompe du canon d’arrosage et qui commande la vanne de rejet de cette dernière, avait été laissé en position "manuel".
D’après l’enregistreur des données du voyage, une porte d’incendie à fermeture automatique protégeant une cage d’escalier du pont-garage est restée ouverte pendant l’incendie, ce qui a permis à la fumée et aux flammes d’atteindre les locaux d’habitation et les espaces ouverts au public. La porte d’incendie était équipée d’un mécanisme de fermeture automatique, mais il n’a pas été possible de déterminer si ce mécanisme fonctionnait correctement au moment de l’incendie.
Lorsque le dispositif d’extinction par eau diffusée des locaux d’habitation s’est déclenché, un raccordement de tuyaux s’est ouvert, ce qui a entraîné un débit d’eau non contrôlé dans la salle des machines. Le mécanicien de quart, inquiet de la possibilité d’un dégât des eaux à la machine et/ou d’un envahissement des compartiments de la machine s’est déplacé rapidement vers le local du diffuseur, situé à quelques encablures de la salle des machines principales, pour arrêter la pompe du diffuseur. Ce faisant, il n’a pas été en mesure de s’occuper d’autres problèmes urgents tels que la défaillance du canon d’arrosage du pontgarage.
Pour des raisons qui ne sont pas connues, aucune tentative n’a été faite pour ouvrir
la vanne de dérivation ce qui aurait permis aux pompes d’incendie du navire d’alimenter le canon d’arrosage. Cette vanne était située dans le local du diffuseur.

Les enseignements

Peut-être du fait qu’il était occupé uniquement à résoudre rapidement les problèmes du canon d’arrosage et du dispositif d’extinction par eau diffusée, le mécanicien de quart n’a pas informé le centre de contrôle de la fuite du dispositif d’extinction par eau diffusée, il a donc perdu une occasion d’obtenir de l’aide pour s’occuper de ces deux problèmes efficacement.
Cela montre la nécessité de maintenir une bonne communication à tout moment.
Le fonctionnement spécifique des canons d’arrosage varie d’une installation à l’autre. Il est indispensable que les membres de l’équipage chargés de faire fonctionner ces dispositifs connaissent bien toutes les méthodes de fonctionnement, y compris les nécessaires réglages des vannes et l’ordre des opérations. À cet effet, les mesures ci-après peuvent être prises :

 présence de diagrammes clairs et simples situés à tous les postes de commande, sachant que les opérateurs ne partagent pas forcément une langue maternelle commune ;

 marquage clair des vannes et commutateurs, éventuellement à l’aide de codes
couleur normalisés ;

 cours d’initiation à l’intention des nouveaux membres de l’équipage ; et

 exercices réalistes effectués régulièrement.

Les limites des canons d’arrosage doivent être reconnues. L’importance d’un déploiement rapide si on veut avoir une chance de maîtriser un incendie doit être soulignée.
En ce qui concerne le défaut de déclenchement simultané du dispositif d’extinction par eau diffusée et la porte d’incendie qui est restée ouverte, si les raisons de ces défaillances ne sont pas connues, elles mettent en évidence la nécessité de signaler immédiatement toute défaillance de l’équipement, de sorte que des travaux de maintenance et de réparation puissent être effectués.
Lorsque l’incendie se propage rapidement dans les espaces ouverts au public et les locaux d’habitation, une bonne communication entre l’équipage et les passagers est indispensable.

À cette fin, les mesures ci-après peuvent être prises :

 les membres de l’équipage portent des gilets de sécurité bien visibles qui les
rendent facilement reconnaissables auprès des passagers en tant que point de
contact ; et

 la diffusion d’annonces de la situation d’urgence dans plusieurs langues pour
s’assurer que le plus grand nombre de passagers possible comprennent l’information.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins