Accident maritime grave

Fort impact avec la rampe d’appontement d’une gare maritime

Un transbordeur de 85 mètres de long et d’une jauge brute de 3 300 qui effectuait des
voyages courts, avec à son bord quelques passagers et véhicules, était en train d’accoster à une gare lors d’une traversée de routine. Pendant l’approche du poste de mouillage, le capitaine, qui commandait le navire depuis l’aileron de passerelle, s’est rendu compte que, bien qu’il ait réduit le réglage du levier mixte, le pas de l’hélice à tribord était encore en position en avant toute et le transbordeur ne ralentissait pas. Ce problème du pas de l’hélice à tribord n’a pas pu être réglé immédiatement. Le moteur s’est arrêté trop tard et malgré la manœuvre d’urgence effectuée, le navire a heurté fortement la rampe d’appontement.
Aucune annonce n’avait été faite avant l’impact. L’étrave du transbordeur et la rampe
d’appontement ont subi des dommages importants.

Causes
À cause de la défaillance d’un élément essentiel du système propulsif du navire, l’hélice à tribord a continué à fonctionner en position en avant toute sans réagir au réglage du levier.
La vulnérabilité de l’élément mis en cause était connue des mécaniciens à bord du navire et de la direction à terre. L’historique des réparations effectuées était long. Les pièces de remplacement qui ont dû être réglées peu après et réparées de nouveau quelques mois seulement avant l’événement n’étaient pas toutes originales et auraient dû inciter à une surveillance et un contrôle permanents. La cause de la défaillance du pas de l’hélice à tribord n’avait pas été recherchée à fond. Aucun procès-verbal de défaillance n’avait été dressé et aucun essai de fonctionnement des systèmes n’était prévu dans le cadre de la procédure d’exploitation. L’ancienneté au sein de la compagnie de transbordeurs et un excès de familiarisation avec le navire avaient favorisé l’inertie et la détérioration de la prise de conscience de la sécurité.
L’absence d’une communication rigoureuse entre l’équipe à la passerelle et la salle de
commande des machines a compromis l’intervention d’urgence.
L’impact aurait pu être moindre si la vitesse avait été plus faible à l’approche.
Enseignements à tirer
 Assurer en permanence un contrôle des éléments essentiels de l’exploitation et
procéder à des essais de fonctionnement si leur vulnérabilité est connue.
 Passer en revue le système de gestion de la sécurité et s’assurer que les
défaillances critiques sont évaluées et notifiées et que les conclusions sont
diffusées de sorte qu’il existe une ligne d’action prédéterminée quand de telles
défaillances sont constatées.
 Si les systèmes propulsifs peuvent être contrôlés et commandés à partir de la
passerelle et également à partir des ailerons de passerelle, s’assurer que le contrôle
est transféré correctement et que les commandes sont régulièrement mises à
l’essai.
 Utiliser uniquement des pièces détachées originales et du constructeur.
 Communiquer dans un langage rigoureux et précis au niveau du commandement en
général et dans les situations d’urgence en particulier.
 Mettre l’accent sur la prévention de l’excès de confiance lors des opérations de
routine et répétitives.
 Des annonces doivent être faites pour alerter les passagers et l’équipage de
situations d’urgence imminentes.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins