Explosion mortelle dans une citerne de combustible liquide

Faits
Un vraquier était au port et avait fait le plein de combustible de soute. Il a été décidé de vidanger complètement une citerne de décantation car elle contenait du combustible de mauvaise qualité. Il s’y trouvait environ 2,5 tonnes de fuel-oil lourd. Le point d’éclair était censé être à 82°C. La citerne a explosé. Cinq membres d’équipage ont été blessés, dont un mortellement. La chambre des machines et les machines elles-mêmes ont subi d’importants dégâts.

Causes

  • La citerne de décantation avait été modifiée sans l’autorisation de l’Administration du pavillon et de la société de classification. Les serpentins de vapeur d’origine avaient été retirés et remplacés par un réchauffeur électrique interne situé à 1,5 mètre au-dessus du fond de la citerne. Un deuxième réchauffeur électrique avait été ajouté ultérieurement, situé celui-ci à 0,7 mètre au-dessus du fond de la citerne. Ces installations n’ont pas été soumises à l’approbation de la société de classification ni de l’Administration du pavillon. Toutes deux étaient équipées de dispositifs de régulation automatique de la température qui se trouvaient à 1 mètre au-dessus du fond de la cuve et étaient réglés pour maintenir la température du combustible entre 45 et 55°C. Ces dispositifs devaient toutefois être immergés dans le liquide pour fonctionner. Aucun autre appareil de protection n’était installé sur les réchauffeurs pour couper l’alimentation électrique dans l’éventualité où les serpentins de chauffage ne seraient pas immergés dans le combustible.
  • Il n’y avait pas d’alarme de niveau bas dans la citerne, et le niveau de combustible dans la citerne est tombé sous le niveau de l’un ou des deux réchauffeurs électriques sans que les techniciens le sachent. Au moment de l’explosion, il n’y avait $ pratiquement plus de combustible dans la citerne, mais les réchauffeurs de combustible étaient encore en marche. La température de la surface de la tige chauffante a donc pu augmenter jusqu’à dépasser le point d’éclair du mélange combustible/air, atteignant même une valeur telle que la tige s’est brisée et a provoqué un arc électrique. La citerne contenait des émanations de fuel-oil et de l’air aspiré par le conduit d’aération lorsque le combustible a été vidangé. Il a été conclu que ce mélange avait été enflammé par l’une des tiges de chauffage du combustible.
  • Aucune instruction n’était disponible à bord au sujet du système électrique de réchauffage du combustible et aucun renseignement n’avait été transmis aux techniciens successifs.

Enseignements à tirer

  • Il faudrait réaliser une évaluation complète des risques avant d’entreprendre toute modification des systèmes d’alimentation en combustible. Des plans devraient être soumis à la société de classification pour approbation. Lorsque des modifications sont apportées, après qu’a été obtenue l’approbation requise, il faudrait en garder une trace écrite à bord et incorporer dans le système de gestion de la sécurité du navire toute modification des consignes d’exploitation.
  • Le système de gestion de la sécurité devrait comporter des directives sur la manière d’informer les nouveaux membres d’équipage de tout matériel nouveau ou inhabituel installé à bord du navire, en particulier quand il s’agit d’installations à haut risque telles que les systèmes d’alimentation en combustible.
  • Chaque fois qu’il est question d’effectuer des tâches dont la réalisation s’écarte des procédures opérationnelles établies, il est particulièrement important de procéder à une évaluation complète des risques avant de commencer ; tous les membres d’équipage impliqués devraient avoir reçu tous les renseignements utiles.

Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins