Explosion mortelle d’une vitre d’observation

Faits
À bord d’un vraquier qui effectuait son voyage inaugural depuis trois mois, un ingénieur était en train de purger le liquide accumulé dans le réservoir d’air de lancement de la machine principale, opération normale dans le cadre de la routine quotidienne. Le liquide s’écoulait dans un collecteur de purge équipé d’une vitre d’observation en verre renforcé. Le verre a éclaté, blessant gravement l’ingénieur, qui n’a pas survécu.

Causes

La vitre d’observation et le collecteur de purge n’étaient pas adaptés à l’usage qui en était fait. À l’origine, le collecteur était conçu de manière à être ouvert sur le dessus et relié à une conduite de drainage qui aboutissait à une cale appropriée. Durant la construction du navire, à la demande du représentant du propriétaire, une modification a été apportée par le constructeur de manière à incorporer une vitre d’observation en verre renforcé permettant d’observer la vidange sans recevoir d’éclaboussures. Cette configuration ne permettait pas à la vitre de résister en cas d’accumulation d’une pression considérable à l’intérieur du collecteur.
La modification n’a pas été soumise à l’approbation d’une société de classification ou de l’Administration du pavillon.

Enseignements à tirer

  • L’air comprimé peut emmagasiner beaucoup d’énergie, particulièrement à la pression de réserve observée dans les réservoirs d’air de lancement de la machine principale (30 bar, en l’occurrence). Il doit être manipulé avec la plus grande prudence. Les conduites de drainage de condensation longues et de petit calibre sont sujettes à une contre-pression importante, notamment si, dans le cas d’un effluent provenant d’un collecteur d’air de lancement, le liquide vidangé contient de l’huile de graissage émulsionnée.
  • Pour apporter tout changement au niveau de la conception, il faut réaliser une étude technique, en particulier en cas de modification visant à transformer un système de vidange ouvert en dispositif fermé sous pression. Il convient de procéder à la validation de la conception et à une mise à l’essai appropriée. La société de classification et l’Administration du pavillon devraient être consultées et, si elles le demandent, se voir soumettre des plans pour approbation.
  • Durant les dernières étapes de la construction d’un navire, toutes les parties concernées doivent faire preuve de vigilance pour s’assurer que tout écart par rapport aux arrangements convenus est soigneusement et dûment examiné et approuvé. Les modifications approuvées devraient être consignées.

Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins