Accident maritime très grave

Envahissement et naufrage d’un navire de charge ayant entraîné la mort de six personnes

Un navire pour marchandises diverses d’une jauge brute de 3 500 a quitté un port alors qu’il était apparemment surchargé et inapte à prendre la mer. Les moteurs des embarcations de sauvetage étaient démontés. Le navire a rencontré du gros temps peu de temps après avoir appareillé. En raison du mauvais état du pont principal, des écoutilles et des ouvertures et portes étanches à l’eau, de l’eau a commencé à envahir le navire. Le deuxième jour du voyage, il y avait de l’eau dans la cale No 2. Le lendemain, le temps s’est encore dégradé et d’autres espaces ont été envahis, y compris le local de CO2, les puits aux chaînes, le magasin du gaillard et le magasin à peintures. Des trous dans le pont ont laissé l’eau envahir les cales de chargement et les citernes à ballast ; le vent a arraché le prélart du panneau d’écoutille, entraînant ainsi un envahissement plus important. Le capitaine a inversé le cap et a détourné le navire en direction d’un port de mouillage sûr. La houle a ainsi touché l’autre bord (tribord) du navire, ce qui a entraîné l’envahissement de la salle des machines par suite de l’entrée d’eau dans les locaux d’habitation. Le soir du quatrième jour après son départ, le navire était privé d’énergie et a perdu toute sa propulsion, se mettant à dériver vers le sud en direction d’une île. Toutefois, l’envahissement a continué et le navire a commencé à prendre de la gîte à bâbord et le capitaine a ordonné à l’équipage d’abandonner le navire vers minuit.
La gîte a empêché la mise à l’eau des embarcations de sauvetage, de sorte qu’un radeau de sauvetage a été utilisé. Le navire a commencé à chavirer pendant l’abandon et tous les membres d’équipage ont sauté par-dessus bord, 12 d’entre eux réussissant à se hisser dans le radeau de sauvetage et 7 restant dans l’eau. Le navire aurait coulé en trois minutes. Le radeau de sauvetage (qui ne comptait plus alors que 7 des 12 occupants initiaux), trois survivants et trois corps ont été rejetés à la côte. Le lendemain, deux autres survivants y ont été rejetés, le second dans une autre partie de l’île, où il est resté et a vécu avec les habitants pendant près de trois mois avant d’être secouru. Malheureusement, six des dix-neuf membres d’équipage étaient morts ou portés disparus.

Causes
L’étanchéité à l’eau du navire était compromise. La coque et les ouvertures étanches à l’eau étaient semble-t-il en très mauvais état, ce qui a favorisé l’envahissement des cales de chargement et d’autres espaces, y compris la salle des machines. Les prélarts des panneaux d’écoutille des cales n’avaient pas pu rester intacts.
Le navire aurait été surchargé. Le capitaine a pris la mer avec un navire surchargé et dans un état peu sûr. Combiner surcharge et défaut d’étanchéité à l’eau mène tout droit à la catastrophe.
Les moteurs des embarcations de sauvetage étaient apparemment démontés mais d’autres problèmes empêchaient de toute façon de les mettre à l’eau.
Le navire n’avait pas été correctement entretenu. La société de classification avait délivré au navire des certificats de classification laissant supposer que le navire était apte à prendre la mer seulement un mois avant l’accident. Les propriétaires et l’exploitant du navire semblaient ne pas être intéressés par la sécurité du navire ou de l’équipage.
Enseignements à tirer
 Un certificat délivré par une société de classification ne garantit pas la sécurité d’un
navire. Les propriétaires doivent s’assurer qu’un navire est entretenu et apte à
prendre la mer à tout moment.
 Il est primordial que le capitaine (étant la personne capable d’agir immédiatement)
s’assure que le navire est apte à prendre la mer en toute sécurité. Une fois en mer,
la sauvegarde de la vie humaine est primordiale.
 Les engins de sauvetage sont une priorité et devraient être prêts à être déployés
immédiatement et l’équipage devrait être formé à son utilisation.
 Il est à la fois interdit et extrêmement dangereux de surcharger un navire. Les lignesde charge d’un navire existent pour la sécurité de l’équipage.
 Il est crucial d’entretenir les moyens de fermeture étanches à l’eau et étanches aux
intempéries. Ils devraient toujours être dans un bon état.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins