Accident maritime très grave

Echouement et perte censée totale

Un porte-conteneurs de distribution moderne d’une jauge brute de 4 500 et d’une longueur de 100 m s’est échoué sur la côte alors qu’il naviguait dans un groupe d’îles. Le navire suivait son itinéraire normal dans un circuit en boucle. L’échouement est survenu à pleine vitesse à seulement 5 milles marins du port d’escale et au petit matin, alors qu’un officier assurait la veille à la passerelle par rotation toutes les six heures. La visibilité était bonne, les conditions météorologiques défavorables et la mer houleuse, mais cela n’a pas eu d’effet sur l’accident. Le navire a été remorqué mais déclaré perte totale.

Causes
Une mauvaise gestion du quart à la passerelle a été identifiée comme ayant été la cause initiale de l’échouement. La veille pouvait être changée sur demande pour passer d’un système de veille normale avec trois personnes en cours d’exploitation en mer - le capitaine participant à la veille – à un système à deux personnes assurant la veille moins un officier de quart – lorsque le navire desservait des ports dans les eaux intérieures des îles. En conséquence, le capitaine alternait la veille avec l’autre officier de quart toutes les six heures, pendant que le premier officier de quart en était dispensé pour participer à la manutention de la cargaison au port.
Le système de veille proprement dit ainsi que l’attribution d’autres fonctions aux officiers de quart ont entraîné une charge excessive pour l’officier assurant la veille. La fatigue et la baisse de la vigilance qui en ont résulté semblent avoir affecté le comportement de l’officier de quart. Aucun homme de veille n’avait été posté à la passerelle, aucune détermination régulière de la position n’avait été effectuée, aucun contrôle du cap n’avait été mené et l’alarme de quart était débranchée.
Enseignement à tirer
 Il faut planifier la routine du quart à la passerelle pour tenir compte de toutes les tâches confiées aux officiers de quart, afin que ceux-ci ne souffrent pas de fatigue.
 Les dispositions et les principes relatifs au quart à la passerelle doivent être
respectés conformément aux règles de la Convention et du Code STCW.
 Le contrôle régulier du cap du navire et de sa position ainsi que le contrôle visuel de la navigation et l’utilisation des aides techniques disponibles constituent une exigence professionnelle normale. Les alarmes ne doivent pas être débranchées.
 Le Règlement COLREG et la Convention et le Code STCW sont clairs et sans
équivoque. Il est essentiel que l’équipe de quart à la passerelle soit complète s’il se peut que l’officier de quart souffre de stress dû à la fatigue.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins