Accident maritime grave

Deux membres d’équipage blessés après avoir été écrasés dans la cale de chargement

Un navire roulier à manutention verticale d’une jauge brute de 6 000 faisait route dans de mauvaises conditions météorologiques et l’état de la mer et du vent avait atteint une force 8.
Le second a inspecté la cargaison et indiqué au capitaine qu’il n’y avait aucun
problème d’arrimage. Un peu plus tard, le second se trouvait dans le réfectoire lorsqu’il a entendu un grand bruit provenant de la cale de chargement. Il est allé voir et a constaté que les berceaux de bois qui soutenaient une cargaison de tuyaux en acier s’étaient déplacés et que trois des quatre saisines étaient détendues à une extrémité des tuyaux. Sans en
informer le capitaine, le second est retourné aux locaux d’habitation et a rassemblé
les membres d’équipage, qui sont allés avec lui dans la cale pour réamarrer les tuyaux.
Les tuyaux étant stables, les membres d’équipage sont montés dessus pour commencer leur travail. Toutefois, cinq minutes plus tard, le navire a été soumis à un fort roulis et les tuyaux ont commencé à se déplacer. Le second et un matelot non qualifié se sont retrouvés avec les jambes coincées sous les tuyaux. Le capitaine a été alerté et une équipe de sauvetage a retiré les hommes blessés de la cale. Ils ont été évacués à terre par hélicoptère, ce qui a exigé un effort extraordinaire.

Causes
Aucune évaluation officielle des risques n’avait été effectuée avant que l’équipage n’entre dans la cale de chargement pour retendre les saisines et les mesures de contrôle des risques mises en place avaient été insuffisantes pour que les membres d’équipage ne soient pas blessés alors qu’ils procédaient au réarrimage de la cargaison.
Faute d’une communication suffisante entre le second et le capitaine, ce dernier n’avait pas été en mesure d’évaluer les préparatifs en vue de l’entrée dans la cale de chargement avec pratiquement tous les membres d’équipage de pont, ni pour appliquer les mesures de contrôle des risques avant le début du travail.
Parmi les membres d’équipage, qui étaient de la même nationalité que lui, le second avait été accepté comme étant responsable des consignes à donner. Le capitaine, le seul à avoir été d’une autre nationalité, avait été laissé à l’écart.
Enseignements à tirer
 Les évaluations officielles des risques ne se réduisent pas à de la paperasse pour
apaiser la direction ; elles constituent un outil efficace à utiliser pour le travail afin de
garantir que tous les risques sont pris en considération et que des mesures de
contrôle des risques appropriées sont en place avant qu’un travail dangereux ne
soit effectué.
 Communiquer convenablement dans une langue bien comprise est une condition
de base requise pour prévenir les dangers et pour promouvoir la sécurité.
 Il faut accorder une attention à la nationalité des gens de mer qui composent
l’équipage, en tenant compte des facteurs culturels et linguistiques.
 Quand le navire a un équipage composé de membres de nationalités différentes,
il faut insister pour que la communication soit efficace, en tenant compte des
facteurs culturels et linguistiques. Cela est particulièrement important dans
une situation d’urgence.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins