Accident maritime grave

Blessures graves lors de l’arrimage du crochet et de la poulie d’une grue de bord

Un porte-conteneur d’une jauge brute de 14 500 avait terminé le chargement de conteneurs réfrigérés par ses écoutilles et les membres d’équipage tentaient d’arrimer le crochet et la poulie de l’une des grues du navire dont le système de levage était défaillant. À cette fin, le crochet et la poulie ont été immobilisés à l’aide d’élingues passées à travers l’un des œilletons de levage supérieurs du conteneur du deuxième niveau, pendant que le bras était abaissé. Lorsque le poids a été transféré aux élingues et que le crochet et la poulie étaient suspendus à 2 m environ au-dessus du pont entre deux rangées de conteneurs, l’un des officiers de pont s’est approché du crochet pour attacher les élingues devant le retenir pour l’arrimer. Alors que l’officier s’est approché du crochet, l’une des élingues a lâché et le crochet l’a heurté de plein fouet, le blessant gravement.

Causes
Bien que les élingues aient été suffisamment solides pour porter le poids du crochet,
l’une d’elles a lâché car elle était tendue au-dessus d’un bord coupant qui l’a en fait coupée en deux.
Étant donné que l’équipage ne savait pas comment réparer la grue, il a essayé d’immobiliser le crochet et la poulie en utilisant une nouvelle méthode qui n’avait pas été véritablement étudiée, en particulier parce que le crochet se trouvait suspendu à une hauteur telle qu’il constituait un danger au cas où il tombe, qu’un membre d’équipage devait se placer au-dessous pour attacher une autre élingue et que les élingues porteuses du poids passaient sur des bords acérés.
Enseignements à tirer
 Le temps passé à étudier un plan en vue de déterminer les dangers possibles est
rarement du temps perdu. Une évaluation approfondie des risques aurait
certainement identifiée les faiblesses de ce plan et il aurait probablement été
possible d’y remédier avec un peu de réflexion.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins