LA SUREXPLOITATION ET USAGE ABUSIF DES REQUINS

Plusieurs représentants de pays ouest-africains ont entamé depuis hier, mardi 29 novembre, une rencontre de plusieurs jours à Dakar. Les échanges portent sur les mécanismes à mettre en œuvre pour une inscription à la Cites du commerce des espèces de requins menacés de disparition. Cette inscription va réguler le commerce des espèces menacées de disparition.

Pour l’inscription à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites) des espèces de requins menacées de disparation, plusieurs ressortissants ouest-africains et de pays occidentaux se réunissent à Dakar depuis hier, mardi 29 novembre.

Pour le directeur de cabinet du ministre de l’environnement et du développement durable, Souleymane Diallo, l’inscription à la Cites vise surtout à protéger la commercialisation des espèces menacées de disparition. Une fois inscrite à son annexe 2, la commercialisation des requins menacés de disparition va tout d’abord nécessiter une autorisation de commerce avec un certificat d’origine du pays de provenance. Une fois le document établi, partout où le produit est vendu, les pays transitaires vont demander ce document. Une fois l’inscription à la Cites faite, les espèces de requins menacées de disparation ne seront transférées que pour des raisons scientifiques.

Le Point focal de tout ce qui concerne les requins de la division de la pêche industrielle du ministère de la pêche et de l’économie maritime, Abdoulaye Diedhiou, trouve nécessaire cette inscription. A son avis, les requins jouent un rôle majeur dans la chaine alimentaire et dans la régulation de la vie en mer. C’est pour ces deux raisons qu’il estime que leur disparation entraînera l’effondrement de tous les individus qui se trouvent dans l’océan.

Pour Abdoulaye Diedhiou, le Sénégal qui est l’un des pays les plus riches en requins dans la sous-région avec un cumul d’espèces estimé à 70, doit s’engager dans la préservation de sa ressource halieutique. L’inscription à la Cites permettra une régulation du commerce. Elle permettra aussi de mettre en place un système de commerce qui ne nuit pas à l’exploitation soutient-il.

Abdoulaye Diedhiou signale dans ce sens que les requins d’origine africaine sont très prisés dans le marché asiatique. Le relèvement de la bourgeoisie dans certains pays de ce continent a augmenté la consommation domestique des requins.


Voir en ligne : Le Ressac : Le site des Marins