LE PRESIDENT DE L’ICS MET L’ACCENT SUR L’UTILITE DE LA FORMATION POUR DIRIGER L’AVENIR DE LA NAVIGATION

La formation joue non seulement un rôle de promoteur de carrière, mais également un rôle essentiel dans la modernisation de l’industrie maritime dans son ensemble, a déclaré Esben Poulsson, président de la Chambre internationale de la marine marchande (ICS) aujourd’hui à La Conférence Crew Connect Global de Manille.

La durabilité de l’industrie maritime exige une réponse évolutive à la formation et au maintien en poste des gens de mer. Nous devons faire plus que simplement répondre à l’évolution des besoins, nous devons apprendre à anticiper et donc à contrôler le développement durable de l’industrie.

En cette période d’incertitude pour l’économie mondiale et le commerce mondial, et par conséquent pour l’industrie maritime, il a souligné l’inévitabilité que le changement structurel suivra et que les opérations et les modèles commerciaux changeront également.
Dans ces circonstances, il y a toujours un danger que l’investissement dans la formation puisse être une victime, a averti M. Poulsson. Maintenant, peut-être comme jamais auparavant, les entreprises doivent avoir un œil sur l’avenir et considèrent que la croissance significative de l’expédition pourrait revenir dans les 5 prochaines années. Les employeurs doivent reconnaître que les décisions prises en ces temps difficiles ne doivent pas entraver la durabilité future de l’industrie. L’investissement dans la formation et le recrutement est un élément essentiel pour assurer une bonne santé industrielle.
Nous vivons une transition vers une ère« intelligente », qui comprendra une technologie intégrée et des fonctions et des systèmes automatisés. Il y aura certainement un défi continu à faire en sorte que les compétences des gens de mer reflètent leur rôle changeant à bord des navires, a-t-il expliqué. Les gens de mer peuvent ne plus avoir tant besoin d’utiliser des machines, mais plutôt de collaborer avec eux.

Esben Poulsson a rendu hommage à la contribution des gens de mer qui exploitent des navires marchands, vivent et travaillent loin de chez eux, contribuent au développement économique et à l’amélioration des niveaux de vie dans le monde entier.

Alors que les amendements à la Convention du travail maritime (MLC) de l’OIT qui entrent en vigueur en janvier, M. Poulsson a fait l’éloge du MLC et de son intention d’assurer la protection mondiale des gens de mer ; L’instauration de conditions égales pour les pays et les armateurs qui s’engagent à fournir des conditions de vie et de travail décentes aux gens de mer ; Et de les protéger contre la concurrence déloyale des navires inférieurs aux normes.

Il a également parlé de la tragédie humanitaire qui se déroule en Méditerranée et du nombre sans précédent de migrants qui tentent de traverser dangereusement la mer en Europe dans des embarcations totalement inadaptées.
Sur un autre front, il a souligné une récente attaque de piraterie sur un navire marchand au large de la Somalie, le premier depuis plusieurs années, et a averti que la menace n’a pas été éradiquée et que des mesures d’autoprotection doivent être poursuivies pour éviter les terribles conséquences Devrait-il y avoir un autre détournement.

M. Poulsson a également souligné la nécessité pour les armateurs, les administrations maritimes et les prestataires de formation de continuer à travailler ensemble pour assurer la pleine conformité avec le nouveau régime de formation STCW, qui prend plein effet en Janvier 2017, afin d’empêcher toute perturbation du fonctionnement du monde Faute de gens de mer titulaires d’une certification appropriée.

En conclusion, M. Poulsson revient sur la question l’évaluation de la formation , avertissant : « Les changements peuvent être rapides et le fait de ne pas réagir avec la même rapidité risque de laisser l’évaluation des besoins en formation se poursuivre ».


Voir en ligne : Le Ressac : Le site des Marins