Le DG de COSAMA : « DIAMBOGNE » et « AGUENE » en arrêt provisoire

Le Ressac : Le site des Marins

En réponse à des questionnements sur les raisons de l’arrêt des navires « DIAMBOGNE » et « AGUENE », en cette période de fortes sollicitations, le Directeur général du Consortium sénégalais d’activités maritimes (COSAMA), le Commandant Mactar Fall a fait face à la presse, jeudi, pour apporter une réponse et assurer les usagers. C’était en présence de Monsieur Achille Guèye, Coordonnateur interne de l’Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM), Autorité maritime déléguée, mais aussi Autorité nationale de Sûreté portuaire (ANSP).


« Ainsi pour des raisons de sécurité, le navire DIAMBOGNE, a été immobilisé, le 03 avril 2016, à la suite d’une avarie mécanique », explique-t-il dans sa déclaration préliminaire.

Et d’ajouter : « les navires étant toujours sous garantie, le constructeur a été sommé de procéder au remplacement intégral de l’équipement endommagé, pour préserver les intérêts de notre pays. Ce, à quoi, la société coréenne s’est attelée en procédant à la recommande du réducteur du moteur tribord… »

Etant des soeurs jumelles, parce que conçues ou fabriquées de la même manière, ces deux navires présentent les mêmes pathologies. Autrement dit, la panne mécanique de DIAMBOGNE a été décelée au niveau de AGUENE. Ce pressentiment s’est avéré deux mois après l’avarie mécanique de DIAMBOGNE. « Après deux mois de rotation, il a été constaté, après vérification, le même problème mécanique à AGUENE », précise-t-il. C’est cet esprit de veille et de surveillance qui a poussé la Direction de COSAMA, en relations avec l’Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM) à exiger « une analyse en profondeur la panne et y apporter des solutions idoines durables ».

Selon le Directeur général de COSAMA, le Commandant Mactar Fall, « l’immobilisation des deux navires AGUENE et DIAMBOGNE pour une avarie mécanique, n’affecte pas la desserte de la région sud du pays. « Puisque, renseigne-t-il, dès la survenue de la panne du AGUENE, les Autorités très sensibles aux préjudices et aux désagréments causés aux usagers de la liaison, particulièrement en cette veille de fête de Tabaski, ont instruit l’exploitant de prendre toutes les dispositions pour réduire l’impact de l’arrêt sur la mobilité des passagers »

« Ainsi, poursuit-il, après avoir fait les diligences nécessaires au transport par voie terrestre des passagers manifestés au voyage du 21 août 2016, jour de la détection de la panne, les rotations du navire Aline Sitoé Diatta (ASD) ont été renforcées, passant de deux (02) à trois (03) rotations (aller- retour) par semaine, en toute sécurité, sans surcharge de passagers, règle d’or dans l’exploitation, sans risque mécanique et sans surcharge de travail pour l’équipage, grâce à l’alternance des effectifs suffisants et qualifiés… » Et de renchérir « qu’en réalité, l’offre de transport n’a pas diminué. (…) à ce jour, la capacité d’emport offerte par semaine, par le seul navire (ASD) en service, présente un gain hebdomadaire de 200 passagers, car, faut-il le rappeler, la troisième rotation du ASD permet d’acheminer 1000 passagers de plus par au semaine (2 fois 5), là où le AGUENE et le DIAMBOGNE en service, d’une capacité de 200 places chacun, transportaient au total 800 passagers, aller et retour« .

A propos de la fin des travaux de réparation et la reprise de la desserte Dakar-Ziguinchor, le Directeur général du COSAMA n’a pas voulu avancer une date précise. « C’est un problème mécanique, je ne peux pas avancer une date précise. Toutefois, j’espère que les travaux seront terminés dans deux mois », se contente-t-il de dire.


Voir en ligne : Le Rassac