LA BRAVOURE EXCEPTIONNELLE EN MER HONOREE

La première femme Capitaine de la Marine Marchande Indienne qui dit qu’elle ne faisait que son travail, devient la première femme au monde à recevoir la plus haute distinction de l’OMI visant à récompenser un acte héroïque en mer avoir sauvé la vie de sept pêcheurs lors du naufrage de leur bateau de pêche dans le golfe de Bengale, au mois de juin 2015.


«  Il incombe à tout marin et à tout capitaine de navire de porter secours aux personnes en détresse en mer. J’ai simplement fait ce que n’importe quel marin devrait faire pour sauver les âmes de ceux qui se retrouvent en détresse en mer. Bien sûr, je n’ai pas hésité un seul instant à lancer l’opération de sauvetage, mais j’avais parfaitement conscience des risques encourus. Je n’ai fait que mon devoir  » , a ainsi déclaré Radhika Menon, capitaine du pétrolier Sampurna Swarajya.

La capitaine s’est exprimée après avoir reçu le Prix 2016 de l’OMI pour acte héroïque en mer des mains du Secrétaire général de l’OMI, M. Kitack Lim, au cours d’une cérémonie remplie d’émotion organisée ce lundi 21 novembre au siège de l’Organisation, à Londres.

La capitaine Menon a été désignée par le Gouvernement indien pour avoir fait preuve d’une grande détermination et d’un courage exemplaire en dirigeant cette opération de sauvetage délicate qui a permis de secourir les sept pêcheurs lors du naufrage de leur bateau de pêche, le Durgamma. Ce dernier était à la dérive après une avarie de moteur et la perte de l’ancre dans des conditions météorologiques extrêmes. La nourriture et l’eau potable présentes à bord avaient été emportées par les eaux et les pêcheurs tentaient de subsister grâce à la glace de la chambre froide.

Ce 22 juin 2015, alors que les vagues atteignaient presque 8 mètres, que les vents soufflaient à plus de 60 nœuds et que des pluies diluviennes s’abattaient sur les lieux, le deuxième officier du Sampurna Swarajya repéra le bateau de pêche qui se trouvait alors à 2,5 kilomètres de là, au large de la ville de Gopalpur (Inde).

La capitaine Menon lança alors immédiatement une opération de sauvetage en utilisant l’échelle de pilote, ainsi que les brassières de sauvetage et les bouées à disposition. Au milieu des vents violents, des pluies diluviennes et de la forte houle, il aura fallu trois tentatives laborieuses pour que les sept pêcheurs, affaiblis et affamés, âgés de 15 à 50 ans, ne soient mis en sécurité à bord du navire.

Les familles s’imaginaient alors qu’il était trop tard et se préparaient déjà aux rites funéraires. C’était sans compter sur le courage de la capitaine Menon, grâce à qui elles purent retrouver leurs proches quelques jours plus tard.

Dasari Danayya, un des rescapés du naufrage s’exprimant depuis sa ville de Kakinada dans l’État indien d’Andhra Pradesh, a expliqué qu’aucun des pêcheurs n’aurait survécu sans la capitaine Radhika Menon.

« Nous ne pouvions rien faire d’autre qu’essuyer nos larmes. Puis elle nous est apparue, comme une déesse, et nous a sauvé la vie » , a-t-il confié à la Shipping Corporation of India dans une vidéo diffusée lors de la cérémonie.

Mme Menon a commencé sa carrière dans le secteur maritime en tant que radioélectricienne. Elle est ensuite devenue officière de pont avant d’être nommée capitaine du Sampurna Swarajya.


Voir en ligne : Reportage